Que s’est – il passé à l’UGB pour que les travaux du bâtiment du Centre d’Excellence en Mathématiques Informatique et TIC ( CEA- MITIC) connaissent un coup d’arrêt ? Un mystère que la rédaction de ndaractu.net a tenté de percer vu l’importance d’un tel projet qui est un consortium regroupant des établissements du Sénégal et de la sous-région , des institutions de recherche et des entreprises nationales , régionales et internationales dans le secteur du TIC. Vu sous cet angle il mérite encore une fois de plus de poser le débat et de trouver au plus vite une solution adéquate pour que ce projet voit jour à l’UGB et très cher au ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation Pr Mary Teuw Niane qui ne ménage aucun effort pour l’atteite des objectifs assignés par le chef de l’Etat Macky Sall.
Se trouvant à l’UGB à la première porte en venant de Saint- Louis, le bâtiment du CEA- MITIC s’est vidé de ses ouvriers depuis des mois au grand dam du Consortium d’Entreprises Multi- Prest Afrique ( CEMPA) , entreprise sénégalaise qui avait en charge les travaux. Elle est reprochée d’avoir accusé un retard de trois mois dans l’exécution des travaux. Ainsi le contrat est résilié.

Le contrat résilié : Conséquence des ouvriers en chômage

Avec l’arrêt de ces travaux une centaine d’ouvriers est allée au chômage. Quelle est la part de responsabilité de cette entreprise dans cet arrêt des travaux ? La direction de CEMPA n’y est pas allée par quatre chemins pour apporter une réponse soutenant que dans cette affaire elle n’a subi que des préjudices. Selon nos sources l’entreprise n’aurait reçu qu’une seule mise en demeure pour retard dans l’exécution des travaux de construction du bâtiment devant abriter le CEA- MITIC. Le CEMPA avance que le retard accusé est de la faute du service des Domaines de l’UGB. L’entreprise aurait resté une quarantaine de jours sans recevoir la notification de l’emplacement exact du site alors qu’elle a reçu la notification de démarrage des travaux. Une fois que l’emplacement a été notifié, le CEMPA serait resté un mois et quelques jours pour recevoir l’avance de démarrage. Le premier décompte est supérieur à l’avance de démarrage et après sa validation l’entreprise n’est pas rentrée dans ses fonds pendant 45 jours. Les domaines de l’UGB n’ont pas notifié aussi à temps le plan de ferraillage. Les études d’écrasement du béton ont été faites aussi dans le retard (20 jours). Le CEMPA a avancé qu’il n’y a pas eu de mal façon dans ce chantier. Ces préjudices selon la direction du CEMPA ont fait que les travaux ont accusé un retard. Malgré les couacs notés dans le démarrage de la construction du bâtiment la direction de CEMPA appuyée par la BNDE a commencé la construction. La banque a traduit ainsi la volonté du chef de l’Etat de promouvoir les entreprises privées sénégalaises. Aujourd’hui l’entreprise est en train de solder avec la banque pour continuer ses projets. CEMPA est pourtant une entreprise qui a construit le centre de drépanocytose de l’UGB , le mur de clôture de l’université , l’esplanade de la bibliothèque universitaire , doter les salles d’études des tables-bancs, sans tambour ni trompette et elle aussi a offert un terrain de foot et un abri aux chauffeurs .

Aussi faut-il le rappeler depuis sept mois durée de l’arrêt des travaux, le chantier est envahi par les chèvres. Alors tout porte à croire que si le CEMPA avait continué les travaux le chantier serait réceptionné depuis belle lurette. Mais aujourd’hui c’est le capital humain qui est menacé. Une résiliation de contrat qui rame en contre-courant avec les objectifs du PSE si l’on sait que des pères de famille et des jeunes sont allés au chômage. En effet, des ouvriers natifs de Saint- Louis ont été lésés. De jeunes apprenants ne vont pas bénéficier à temps leur outil d’apprentissage et tout cela à cause d’un différend entre deux entités qui pouvaient bien aller à la réconciliation. Saint-Louis est à l’heure actuelle une ville qui prend son envol dans le secteur de l’éducation et surtout dans l’enseignement supérieur sous l’impulsion du ministre Pr Mary Teuw Niane sans oublier le maire de la ville Amadou Mansour Faye déterminés à traduire en acte la vision du chef de l’Etat Macky Sall.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez ici
Votre nom