Ce vendredi les enseignants seront reçus par le premier ministre. Une rencontre qui semble être celle de la dernière chance car les enseignants émettent des réserves en s’y rendant. Ils l’ont fait savoir ce Jeudi à Saint- Louis lors de la marche nationale qui a connu un grand succès. Après Dakar , Thiés , le G6 ( SELS, CUSEMS , UDEN , SENLAS, SAEMS et SELS-A) dit ne plus être dans une dynamique de négociation mais plutôt de concrétisation des accords signés avec le gouvernement en 2014. Sogui Séne secrétaire général du SAEMS est catégorique. « Nous n’attendons rien d’autre que l’application de ces accords et la mobilisation d’aujourd’hui à Saint- Louis démontre à suffisance que nous déterminés d’aller jusqu’au bout » a-t-il dit. Même son de cloche pour Souleymane Diallo du SELS qui a précisé que la lutte va être poursuivie. « La mobilisation de Saint- Lois est une alerte, un signal fort et nous attendons un échéancier précis et net de la part du gouvernement » a-t-il martelé. M. Diallo de dire que la rencontre avec le premier ministre va déterminer l’avenir de l’école et qu’au terme une décsion sera prise avec la base. Quant à Abdoulaye Diallo secrétaire général du CUSEMS il a soutenu que ce combat est celui de dignité humaine , de l’équité et de la justice sociale. « Les enseignants sont des jardiniers de l’intelligence humaine » at-il rappelé. Le patron du CUSEMS dénonce avec véhémence les forces tapies dans les ténèbres qui cherchent à déstabiliser leur lutte. Ainsi le G6 a décliné à Saint-Louis les contours de la position qu’il apportera lors de leur rencontre avec le Premier ministre, prévue ce vendredi . Le G6 reste ferme sur ses revendications et n’entend pas reculer.

Les rues empruntées par les enseignants, étaient en couleur rouge. Une marée humaine dévouée a battu le macadam durant des heures sous le soleil de plomb pour « amener le gouvernement à respecter les accords de 2014 ». Et Ndiapaly Niang de l’intersyndicale a été on ne peut plus clair en s’adressant aux populations de la cité ancienne. Perchée sur une camionnette, celle-ci a rappelé que les enseignants sont d’abord des parents d’élèves et ils sont mal de voir leurs enfants trainés à la maison. A l’en croire le gouvernement est responsable de la situation actuelle du système scolaire. « Toutes les autorités religieuses et coutumières ont tenté de ramener à la raison le gouvernement mais aucune avancée significative n’a été notée » se désole-t-elle.

Pour le responsable de la COSYDEP section Saint- Louis invité à cette marche l’heure est grave. « Nous avons exhorté les centrales syndicales à respecter la centralités de l’enfant et que quelque soient les revendications il faut penser à celui-ci et au gouvernement de respecter ses engagements » a pesté Doudou FALL. Ce dernier reste toutefois très optimiste pour l’issue de la rencontre entre le premier ministre et les enseignants de ce vendredi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez ici
Votre nom