Depuis des années les autorités de l’enseignement attendent la réception du Centre d’Excellence Africain en Mathématiques Informatique et TIC de l’UGB mais en vain. Des lenteurs sont notées dans la construction de ce centre qui est un consortium qui regroupe des établissements universitaires du Sénégal, de la sous-région, des institutions de recherche et des entreprises nationales régionales et internationales intervenant dans le secteur des TIC. Logé à l’UFR de Sciences Appliquées et de Technologie (SAT), ce centre initié par l’actuel ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation Pr Mary Teuw Niane du temps qu’il était recteur de ladite université est devenu un sac à problèmes. Après la résiliation du contrat avec le Consortium d’Entreprise Multi Prest -Afrique (CEMPA) chargé des travaux de construction du dit centre pour retard de 3 mois par rapport au délai de 8 mois contractuel dû à la rupture du grain basalte, Touba Matériaux appartenant à un responsable politique de l’APR s’est vu confier les tâches. Malgré tout depuis plus de sept mois les travaux sont toujours au ralenti. Sur le chantier peu d’ouvriers s’y activent. Du pareil au pire les mêmes reproches faites au CEMPA , sautent à l’œil nu avec Touba Matériaux. Un responsable du projet dans l’anonymat révèle que le CEMPA a eu à faire en un temps record la fondation, le dallage , l’élévation , le coulage plancher , et la maçonnerie du premier étage. « C’est le contraire avec cette société de construction » a-t-il soutenu. D’ailleurs le béton blanc formellement interdit dans les cahiers de charge sont encore utilisés. Et tout porte à croire que si les travaux étaient laissés au profit du CEMPA le centre sera réceptionné à temps. Face à la situation et selon nos indiscrétions des voix se sont levées au plus haut niveau de l’Etat pour demander des explications sur le retard accusé. Et on a avancé que la banque mondiale est dans la disposition de retirer les fonds de la construction évalués à plus de 350 millions de nos francs si les travaux ne sont pas effectués à temps.

CEMPA et CEA- MITIC devant le tribunal

La résiliation du contrat du CEMPA a atterri sur la table de l’actuel premier ministre. Et le ministre de tutelle a été saisi sur ce dossier pour jouer les bons offices mais hélas la justice a pris en main cette affaire. Dans cette affaire le CEA- MITIC a été désavoué. Le dernier décompte au profit de CEMPA avoisine la somme de 40 millions et selon nos sources il n’est pas encore payé. Le procès semble tourné à l’avantage du Consortium d’Entreprise Multi Prest Afrique. Ce consortium qui a soupçonné des manigances, trouve la situation du centre très injuste. Le CEA-MITIC tourne aujourd’hui au ralenti et au grand dam de l’enseignement supérieur et de l’UGB qui a été sélectionnée pour abriter ce projet d’envergure mondiale. Des sources révèlent que l’architecte aurait servi des mises à demeure pour interdire l’utilisation du béton silex. Pour l’heure le centre est installé dans un bâtiment à quelques jets de l’UGB de Saint- Louis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez ici
Votre nom