Les populations sénégalaises de l’île à Morphil à Podor sont très remontées contre les autorités mauritaniennes et sénégalaises. Et pour cause, dans cette partie enclavée, l’accès en Mauritanie pour les sénégalais n’est plus facile. Une première dans cette zone. Les motivations du pays frère sont inconnues. Désormais les populations ne peuvent plus emprunter les mêmes passages qu’avant pour se rendre en terre Mauritanienne. Elles sont aujourd’hui obligées, d’emprunter les points de passages officialisés et délimités par les autorités Mauritaniennes. Ces points de passages se trouvent à Démette, Dioudé Diabé, CasCas et M’Bagne en Mauritanie. Et paradoxalement, pour se rendre dans ces points de passage, il faudrait aux voyageurs de casquer fort .Et que Tout autre point de passage, utilisé par les sénégalais, seront sévèrement sanctionnés .

Pour les populations situées au village de Saldé et environnantes, ces mesures sont anormales. « On ne peut pas comprendre, que des telles mesures qui concernent directement les populations soient prises, et que ces dernières ne soient pas informées par la voix officielle » s’est désolé le chef du village Adjoint de Saldé. Il a fait savoir, grande fut leur surprise de voir, l’autorité locale se présentait à eux , pour leur dire que désormais , il n’est plus question , que les gens qui veulent se rendre en Mauritanie, empruntent les mêmes points de passage qu’avant .Et la seule explication donnée aux populations par l’autorité locale , est de leur dire , que c’est une mesure qui viendrait d’en haut .

Cette mesure qui est loin de faire l’unanimité, au sein des populations locales, a fini de créer de réelles frustrations .Car au même moment, les sénégalais qui ont été empêchés d’emprunter certains points de passage, les Mauritaniens eux n’en ont cure. Chaque jour que dieu fait, ceux sont des mauritaniens qui quittent leur pays, et qui se rendent tranquillement au Sénégal, pour cultiver leurs champs de riz au village de saldé Et ces derniers , ramènent tranquillement leurs récoltes chez eux , sans être inquiétés . Aujourd’hui la police Mauritanienne, qui veille au grain depuis que cette mesure est entrée en vigueur, est aux trousses des récalcitrants. Ces derniers en patrouille permanente, ont d’ailleurs pu mettre la main , sur deux pirogues , au niveau des villages de Diaranguel et de Thinguélel.Ces deux pirogues sénégalaises arraisonnées , ont été transférées au niveau du village de M’Bagne en Mauritanie.

Toutefois , pour les populations sénégalaises , ces dernières qui ne veulent plus vivre , le même syndrome vécu pendant les fameux événements des années 1989 , ou le différend entre les deux pays s’était soldé par des morts d’hommes et de pillages entre les deux pays , demandent aux autorités des deux pays , que la loi soit appliquée à tous. L’autorité locale Adjoint, que nous avons tenté de joindre au numéro 77 529 08 …. Pour en savoir un plus , n’a pas décroché son téléphone. Son cellulaire sonnait dans le vide.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Commentez ici
Votre nom